Arythmies jonctionnelles

Sondage

Dans quel secteur êtes-vous?
Voter Résultat
Loading ... Loading ...

Tachycardie jonctionnelle par réentrée

Tachycardie jonctionnelle par réentrée

Autre nomTachycardie supraventriculaire de réentrée
Fréquence140 à 220 battements/minute
Régularité du rythmeRégulier
Ondes PElles sont absentes, ou lorsque présentes elles sont rétrogrades (négatives) et peuvent précéder, suivre ou se mêler au complexe QRS.
Complexes QRSIls sont de durée normale (entre 0,06 et 0,12 seconde) et constants d’un cycle à l’autre.
Ratio P:QRSS’il y a une onde P présente, 1:1.
Intervalle PRIl n’y a pas vraiment d’intervalle PR car, comme l’onde P est rétrograde lorsque présente, l’intervalle PR ne représente pas la conduction auriculo-ventriculaire puisque l’influx prend son origine au niveau du centre d'automatisme secondaire.
ParticularitéLe début et la fin sont brusques.
Origine de l’arythmiePhénomène de réentrée nodale : l’influx origine du  centre d'automatisme secondaire et est en parti conduit en suivant le cheminement normal pour dépolariser les ventricules. Une partie de l’influx se trouve ralentie dans une voie lente du noeud AV, et circule à nouveau, provoquant une réentrée pouvant provoquer une dépolarisation rétrograde des oreillettes (P rétrogrades).
Propagation de l’influx
  • Origine de l’influx : noeud auriculo-ventriculaire (centre d'automatisme secondaire)
    • Une partie de l’influx poursuit vers le faisceau de His, les branches gauche et droite du faisceau de His, le réseau de Purkinje
    • Une autre partie provoque une réentrée nodale

Centre d'automatisme primaire
coeur_primaire
Fréquence : 60 à 100 battements / minute