Arythmies jonctionnelles

Sondage

Êtes-vous étudiant(e) ou travailleur(se)?
Voter Résultat
Loading ... Loading ...

Wolff Parkinson White

Wolff Parkinson White

FréquenceGénéralement normale (60 à 100 battements/minute)
Régularité du rythmeRégulier
Ondes PNormales et identiques
Complexes QRSIls sont élargis (entre 0,12 et 0,16 seconde) et comporte un empâtement dans la partie initiale (onde delta).
Ratio P:QRS1:1
Intervalle PRIl est plus court que la normale (moins de 0,12 seconde).
ParticularitéLe début et la fin sont brusques.
Origine de l’arythmieAnomalie de conduction : elle se produit lorsque des faisceaux accessoires (faisceaux de Kent) permettent une connexion directe entre les oreillettes et les ventricules. Ces faisceaux étant anormaux, l’influx qui les emprunte ne passe pas par le nœud auriculo-ventriculaire, et n’est donc pas ralenti avant son passage aux ventricules. L’influx ainsi acheminé parvient aux ventricules de façon précoce et provoque une pré-excitation. Cette pré-excitation est perceptible sur l’ECG et se traduit par l’onde delta (onde initiale lente avec empâtement dans la partie initiale du complexe QRS). L’influx se propage également par le nœud auriculo-ventriculaire où il se trouve ralenti, et par le faisceau de His avant de rejoindre les ventricules. À ce moment se produit la dépolarisation normale des ventricules, dessinant sur l’ECG un complexe QRS normal (aussi appelé complexe de fusion), s’ajoutant à l’onde delta initiale.
Propagation de l’influx
  • Origine de l’influx : noeud sinusal (centre d'automatisme primaire)
    • Une partie de l’influx utilise les faisceaux de Kent
    • Une partie de l’influx utilise la voie normale : noeud AV, faisceau de His, branches gauche et droite du faisceau de His, réseau de Purkinje

Centre d'automatisme primaire
coeur_primaire
Fréquence : 60 à 100 battements / minute