Arythmies jonctionnelles

Sondage

Êtes-vous étudiant(e) ou travailleur(se)?
Voter Résultat
Loading ... Loading ...

Rythme jonctionnel accéléré

Rythme jonctionnel accéléré

Fréquence Normale ou rapide (60 à 140 battements/minute)
Régularité du rythme Régulier
Ondes P Elles sont absentes, ou lorsque présentes elles sont rétrogrades (négatives) et peuvent précéder, suivre ou se mêler au complexe QRS.
Complexes QRS Ils sont de durée normale (entre 0,06 et 0,12 seconde) et constants d’un cycle à l’autre.
Ratio P:QRS S’il y a une onde P présente, 1:1.
Intervalle PR Il n’y a pas vraiment d’intervalle PR car, comme l’onde P est rétrograde lorsque présente, l’intervalle PR ne représente pas la conduction auriculo-ventriculaire puisque l’influx prend son origine au niveau du noeud auriculo-ventriculaire ou du faisceau de His.
Origine de l’arythmie Anomalie de formation de l’impulsion sinusale normale, combinée à une automaticité augmentée au niveau du centre d'automatisme secondaire. Il s’agit d’un rythme dit actif car il est plus grand que 60 battements/minute, la normale pour un rythme nodal étant entre 40 et 60 battements/minute. Le  centre d'automatisme secondaire prend donc le contrôle du rythme, même si le noeud sinusal produit des influx électriques (ondes P rétrogrades).
Propagation de l’influx
  • Origine de l’influx : noeud auriculo-ventriculaire (centre d'automatisme secondaire)
  • Faisceau de His
  • Branches gauche et droite du faisceau de His
  • Réseau de Purkinje


Centre d'automatisme primaire
coeur_primaire
Fréquence : 60 à 100 battements / minute