Arythmies jonctionnelles

[bsa_pro_ad_space id=1]

Sondage

Êtes-vous étudiant(e) ou travailleur(se)?
Voter Résultat
Loading ... Loading ...

Systole d'échappement jonctionnelle

Systole d'échappement jonctionnelle

Autre nom Systole d’échappement nodale isolée
Fréquence Généralement normale (60 à 100 battements/minute)
Régularité du rythme La systole d’échappement jonctionnelle produit une irrégularité dans le rythme, autrement normal.
Ondes P L’onde P de la systole d’échappement jonctionnelle est généralement absente ou rétrograde. Elle peut précéder ou suivre le complexe QRS.
Complexes QRS Ils sont de durée normale (entre 0,06 et 0,12 seconde) et constants d’un cycle à l’autre.
Ratio P:QRS 1:1 si l’onde P est présente.
Intervalle PR Si l’onde P est présente au site de la systole d’échappement jonctionnelle, il est plus court (< 0,12 seconde) que la normale.
Particularité La systole d’échappement jonctionnelle se traduit par un battement tardif. S’il y a plus de trois battements tardifs, on parle de rythme jonctionnel.
Origine de l’arythmie Anomalie de formation au niveau du noeud sinusal : le  centre d'automatisme secondaire prend la relève. Étant donné que la fréquence intrinsèque du noeud AV et du Faisceau de His est plus lente que celle du noeud sinusal, l’influx est généré avec un léger retard, produisant un complexe tardif.
Propagation de l’influx
  • Origine de l’influx de la systole d’échappement jonctionnelle: noeud auriculo-ventriculaire ou faisceau de His (centre d'automatisme secondaire)
  • Branches gauche et droite du faisceau de His
  • Réseau de Purkinje

Centre d'automatisme primaire
coeur_primaire
Fréquence : 60 à 100 battements / minute